Social Icons

facebookflux rss du siteemail

jeudi 25 décembre 2014

Article de la semaine : Discrètement, la France supprime la taxe à 75% sur les revenus supérieurs à 1 million d'euros à la fin décembre !



En France, la taxation de 75% que le président François Hollande a imposée en 2012 sur les hauts revenus prendra fin comme prévu à la fin de ce mois. La taxe, qui s’appliquait sur les revenus supérieurs à un million d’euros, n’avait été programmée que pour une durée de deux ans, et en octobre dernier, le Premier ministre Manuel Valls, alors en visite en Grande-Bretagne, avait confirmé qu’elle serait supprimée.


Hollande avait évoqué la mise en place d’une « contribution exceptionnelle de solidarité » lors de sa campagne pour la présidence, ce qui avait contribué à son élection. Mais dès l’annonce de sa création, la taxe s’était révélée être une épine dans le pied du chef de l’État français.

Beaucoup ont redouté un exode des entreprises, des sportifs et des artistes, et Emmanuel Macron, l’actuel ministre des Finances, qui n’était alors que conseiller à la présidence, avait averti qu’elle ferait de la France une sorte de « Cuba sans le soleil ».

Finalement, l’émigration de masse des super-riches ne s’est pas produite, mais la taxe a été décriée de toutes parts, alors que les recettes qu’elle a apportées ont finalement été très modestes. Selon le ministère des Finances, elle n’aurait rapporté que 260 millions d’euros au cours de la première année, et seulement 160 millions d’euros cette année, des chiffres en ligne avec les prévisions, mais bien trop faibles pour réellement contribuer à la réduction du déficit du pays qui atteignait 84,7 milliards d’euros à la fin du mois d’octobre.

« La réforme a clairement abîmé la réputation de la France et sa compétitivité», explique Jorg Stegemann, directeur de Kennedy Executive, un consultant en ressources humaines basé en France et en Allemagne. Il explique qu’il est devenu plus difficile d’attirer des cadres de stature internationale pour venir travailler en France.

Selon Jean-Philippe Delsol, un avocat fiscaliste auteur de « Pourquoi je vais quitter la France ? », quelques uns de ses clients ont émigré à l’étranger, notamment au Luxembourg et au Royaume-Uni. Mais dans la plupart des cas, ils ont négocié avec leur employeur pour différer pendant 2 ans le versement de salaires et de primes qui auraient pu faire atteindre le seuil fatidique à leur rémunération.

Il affirme que la taxe a eu un effet dissuasif sur les investissements en France, et qu’elle a renforcé la défiance dans le système fiscal français. « Les gens ont perdu confiance. Ce n'est pas quelque chose qu'on peut regagner du jour au lendemain», dit-il.  

Source : Wikistrike

Lien : http://paslinfo.blogspot.com/2014/12/article-de-la-semaine-discretement-la.html