Social Icons

facebookflux rss du siteemail

mardi 15 novembre 2016

Ziad Takieddine affirme avoir remis trois valises d’argent libyen à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy !

Dans un entretien filmé publié par Mediapart, l’homme d’affaires affirme leur avoir transmis cinq millions d’euros entre la fin 2006 et le début 2007.


Ce sont des accusations qui viennent s’ajouter à la longue liste de soupçons concernant le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par de l’argent remis par le régime libyen de Mouammar Kadhafi. Dans un entretien filmé, publié mardi 15 novembre par Mediapart, Ziad Takieddine, intermédiaire franco-libanais, affirme avoir remis à trois reprises des valises d’argent libyen à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy entre la fin de 2006 et le début de 2007, pour un montant total de cinq millions d’euros.

L’intermédiaire affirme avoir remis deux valises à Claude Guéant, dans son bureau, quand il était directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l’intérieur. Il aurait transmis une troisième valise à M. Sarkozy en personne dans son appartement privé place Beauvau. Des faits qu’il se dit prêt à raconter à la justice. « J’ai découvert des choses qui ne méritent plus d’être cachées », a-t-il déclaré à Mediapart ajoutant vouloir « raconter exactement les faits de l’intérieur ». « Je veux dénoncer l’Etat mafieux dans lequel on est en train de vivre. Je n’en peux plus », ajoute-t-il, évoquant ce qu’il a « vu depuis 1993 jusqu’à aujourd’hui ».

Selon ses dires, qu’il a confirmés à l’Agence France-presse, cet argent a été demandé à Abdallah Senoussi, l’ex-chef des services secrets libyens, « dans le cadre de la coopération entre services de renseignement ». Interrogé dans une prison libyenne, en septembre 2012, dans le cadre des poursuites de la Cour pénale internationale, Abdallah Senoussi avait affirmé avoir « personnellement supervisé » le transfert de cinq millions pour la campagne en « 2006-2007 », selon des éléments de l’enquête des juges d’instruction français sur un possible financement libyen, dont l’AFP a eu connaissance.